LA FEMME SANS OMBRE de Chrstine FERET-FLEURY

Publié le par livrement_ka

LA FEMME SANS OMBRE de Chrstine FERET-FLEURY

Titre :  LA FEMME SANS OMBRE

Auteur : Christine FERET-FLEURY

Editions : DENOEL

Genre : thriller

Nombre de pages : 252

Date : 2019 

Prix : 17,90 €

 

Présentation physique du livre :

Un livre de moyen format comprenant environ 250 pages.

La couverture représente le visage d'une femme dans l'ombre. Et au dos, nous pouvons admire une partition partielle.

 

Résumé : 

Sa passion ? L'opéra. Son métier ? Tueuse à gages. Elle n'a pas de nom. Se tient à distance, de tout et d'abord d'elle-même. Restauratrice le jour, elle se transforme, la nuit, en machine à tuer. Quand elle n'obéit pas aux ordres de ses commanditaires, elle court le monde, d'opéra en salle de concerts, pour écouter les oeuvres de son compositeur fétiche, Richard Strauss. Son prochain contrat ? Une cheffe d'orchestre à la célébrité naissante... Elle s'appelle Hope Andriessen. D'origine rwandaise, elle a assisté au massacre d'une grande partie de sa famille. Depuis, la musique est son foyer et sa seule raison de vivre. Après des années d'efforts acharnés, elle vient enfin d'être nommée à la tête d'un grand orchestre ; juste avant Noël, elle dirigera un opéra de Strauss, La Femme sans ombre. Deux femmes que tout sépare, sauf leur passion pour la musique. Et le fait que la première va devoir tuer la seconde...

 

Sur l'auteur et son univers 

Christine Féret-Fleury est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages pour la jeunesse, mais aussi de romans pour les adultes et d'anthologies. Dans la collection Mon Histoire, elle a publié SOS Titanic. " L'époque de la Commune, si proche et si lointaine à la fois de la nôtre, a été l'occasion pour moi de découvertes passionnantes. Les photographies prises de Paris en 1870-1871 sont particulièrement émouvantes car elles nous restituent un passé souvent réduit à quelques lignes dans les manuels d'histoire... Je tiens à remercier Marc Séassau, qui m'a indiqué des sites où consulter d'anciens plans de la capitale et m'a prêté un ouvrage essentiel, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, de Maxime Du Camp. Dans un ancien " livre de prix " trouvé dans la bibliothèque de ma grand-mère, Paris sous les obus, j'ai déniché des anecdotes intéressantes, notamment celle du " traître " dont le couteau sentait l'oignon ! Enfin, plusieurs phrases attribuées à Louise Michel dans ce roman sont directement tirées de ses Mémoires (La Commune, histoire et souvenirs). "

 

Sur les éditions

Depuis 1930, Denoël propose une littérature engagée, française & étrangère, imaginaire & noire, ainsi que des essais & documents.
À travers ses différentes collections, la maison publie une cinquantaine de titres par an.

En fiction française, Denoël joue depuis toujours un rôle de découvreur, aussi bien dans le domaine du roman littéraire que dans celui du thriller ou du roman d'aventures.

En fiction étrangère, une place majeure revient au roman littéraire (Arto Paasilinna, Mark Z. Danielewski, Eve Ensler, Chuck Palahniuk, Sarah Waters, Viktor Pelevine, Mircea Cartarescu…), mais aussi à la science-fiction et au fantastique (Ray Bradbury, Philip K. Dick, Christopher Priest, J. G. Ballard…).

Denoël publie également des documents d'enquête et de témoignage dans la collection Impacts, où les sujets d'actualité politique côtoient des questions de société.

La collection Denoël Graphic incarne la tendance nouvelle de la bande dessinée à se rapprocher de la littérature et s'adresse aux publics adolescent et adulte.

Enfin, Denoël publie une collection d'albums d'humour qui accueille des auteurs comme Sempé, Topor, Delhomme.

 

 

AVIS

Un grand merci aux éditions Denoël pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une opération organisée par bepolar.

 

Début du livre 

On ne voit que cela : le sang. Un long serpent dun rouge profond qui ondule sur la partition , paresseusement, coupant une portée juste à l'armure de la clé...

 

Nous avons cette femme Elle, qui se passionne pour la musique et notamment l'opéra.

Mais la nuit elle exerce un tout autre métier beaucoup moins agréable....

Cette femme, qui n'a pas de nom, et qui ne semble pas exister ou plutôt ne pas être, a été élevée par des hommes en vue d'en faire ce qu'elle est aujourd'hui : leur arme. Elle vit pour tuer et pour remplir des contrats.

Aucun sentiment ne lui est autorisé. Même le jour où elle commence à connaitre l'amour avec une femme; cette dernière est froidement abattue. Tout pour pour montrer que tel n'est pas son objectif et qu'elle ne doit pas s'écarter des missions qui lui sont confiées.

Et un jour malheureusement, sa mission va interférer avec sa passion : comment ? La cible à abattre sera sa cheffe d'orchestre fétiche : Hoppe Andriessen. Fabuleuse, cette dernière voit sa célébrité grandir de jour en jour.

Toutes deux sont des fidèles fans de Richard Strauss.

Hoppe, quant à elle a un passé vraiment trouble et plutôt triste puisqu'elle a assisté au massacre de sa famille au Rwanda. Elle se réfugie depuis dans la musique qui semble l'apaiser.

Mais pour quelles raisons est-elle visée ?

La tueuse sans ombre arrivera t'elle à dépasser ses sentiments et à agir comme on lui demande ?

De nombreuses références à la musique classique sont à noter et permettent lorsque le lecteur est un peu connaisseur de se sentir dans son élément. 

 

 

Le personnage de Elle : c'est une jeune femme à qui on n'a pas laissé le droit de vivre sa vie comme elle l'entendait. Depuis toute petite, elle est élevée et éduquée pour devenir une machine à tuer, une tueuse à gage, dont le seul rôle est de remplir des contrats.

Elle n'a pas le droit d'aimer, elle n'a pas le droit de s'écarter de la vie qu'on lui a tracée.

Son absence de nom lui confère encore plus ce sentiment de n'être qu'un objet qui sert à assouvir les désirs de ses commanditaires.

Elle a néanmoins sa passion qui lui permet de supporter l'insupportable.

 

Le personnage de Hope : Cette cheffe d'orchestre a tellement bravé d'épreuves et connu des moments de désespoir qu'elle semble aujourd'hui insouciante, voire presque inconsciente.

En effet, à certains moments alors que son assistante remarque des évements particulièrement étranges, Hope feint de ne rien voir.

Est-ce vraiment ce qu'elle ressent ou essaie t'elle juste de se persuader que tout va bien ?

 

Et si tout cela était le résultat d'une énorme machination internationale? 

 

Le point fort de l'histoire se trouve dans l'ambiance du livre un peu particulier puisque tout est écrit autour de l'oeuvre de La femme sans ombre de Richard Strauss.

 

Le style de l'auteur

Une intrigue bien ficelée, des personnages attachants et surtout avec un passé hors du commun, qui est particulièrement bien développé; ce qui permet de comprendre leurs personnalités assez troubles et surtout peu banales.

 

Le genre

Un thriller autour du thème de la musique classique.

 

La forme de l histoire

Le roman est divisé en plusieurs chapitres.

Le texte est aéré et l'écriture est fluide. Ce qui en fait une lecture agréable.

J'ai cependant trouvé certains moments un peu longs.

Ce qui n'enlève rien à l'originalité de l'histoire. 

 

Conclusion : 

Pour la musicienne que je suis, je n'ai pas eu de mal à me plonger dans cette ambiance et à apprécier les références musicales présentes tout au long de l'histoire.

Publié dans thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article