JOUER LE JEU De Philippe PATERNOLLI

Publié le par livrement_ka

JOUER LE JEU De Philippe PATERNOLLI

Titre :  JOUER LE JEU

Auteur : Philippe PATERNOLLI

Editions : Caïman

Genre : Polar

Nombre de pages : 175

Date : 2019 

Prix : 12 €

 

Présentation physique du livre :

Un livre de format poche comprenant près de 200 pages.

La couverture représente des médicaments et des jours de babyfoot.

 

Résumé : 

Un petit caïd met le feu à la bonne ville d'Albi le 31 décembre 2012 et se retrouve embauché pour ce "fait d'armes" par un réseau de produits dopants. Le vendredi suivant, les joueurs de la rencontre opposant le Toulouse FC à l'AC Ajaccio finissent le match à l'hôpital dans un état critique. En poste à Albi depuis peu, le commandant Vincent Erno se retrouve avec ces affaires sur les bras. Et personne dans cette histoire ne jour le jeu. Erno encore moins qu'un autre.

 

Sur l'auteur et son univers cf Babelio

Nationalité : France 
Né(e) à : Versailles , le 01/01/1961
Biographie : 

Philippe Paternolli est né à Versailles le 01 janvier 1961.
Il grandit dans la banlieue est, à Vaires.
Il vit ensuite quelques années à Paris, puis Nîmes, Blois, Mazamet avant de se poser à Albi pendant une quinzaine d'années.
Depuis 2006, c'est à Marseille, magnifique et affligeant paradis perdu, que Philippe Paternolli s'est temporairement posé avant d'arriver à Aix-en-Provence.
Avec Alpes noires il publie son troisième polar après La Percée de Quasdanovitch (Itinéraires) et Mélodies malsaines (La Bastide).
Il travaille cependant au sein de la Direction Générale des Finances Publiques à Marseille car on ne peut pas toujours vivre de plume et de calanques fraîches.

 

Sur les éditions 

Les éditions du Caïman sont nées en janvier 2010 à Saint-Etienne et proposent plusieurs collections :

- "Polars en France", "Polars du Monde" et "Thrillers" s'inscrivent sur un territoire identifié, ce territoire devenant pratiquement un élément-clé du roman...

-"Noires nouvelles" des recueils, individuels ou collectifs, questionnant un point historico-politique.

-"Albums" et "romans jeunesse" qui abordent des faits de société.

Quelques années d'existence seulement mais déjà une belle carte de visite pour "le Caïman", avec plusieurs prix littéraires obtenus, de nombreuses sélections en cours, de belles découvertes d'auteurs et de plus en plus d'auteurs confirmés qui nous font l'honneur d'ajouter leurs signatures à notre catalogue.

Si l'on ajoute que nous bénéficions d'une diffusion-distribution nationale via la société POLLEN-CEDIF pour les livres papier et Primento pour les livres numériques, que nous publions à compte d'éditeur, imprimons en Europe et sommes présents sur les principaux salons nationaux, voire internationaux... nous vous aurons presque tout dit.

 

 

AVIS

Un polar que j'ai eu du mal à lire tant je n'arrivais pas à accrocher à l'histoire.

Début du livre

Bonne année !

Kévin vomissait le réveillon du nouvel an qui dégoulinait depuis le centre d'Albi, jusqu'à sa cité, quatre tours en périphérie, aussi hautes que celles de la cathédrale dont la brique s'empourprait à moins de deux kilomètres.

 

Kévin vit dans une cité et ne sait pas quoi faire pour tuer le temps. alors il décide de faire le coup du siècle en mettant le feu à près de 300 voitures après avoir volé des extincteurs à un caïd.

Malheureusement tout n'est pas rose dans ce quartier, et entre les jeunes désoeuvrés qui font les 400 coups et les autres qui tuent pour le plaisir on se retrouve vite dans un méli mélo d'affaires louches.

La police essaie de faire de son mieux pour résoudre les meurtres, mais elle voit débarquer un spécialiste de la criminalité qui vient lui couper l'herbe sous le pied.

Parallèlement à cela, la vie personnelle  du policier Erno n'est pas de tout repos : entre sa soeur totalement accro au sexe et dont la conséquence est qu'elle a le sida, son frère musicien dont l'ex femme a tenté de le défenestrer, et son père totalement loufoque, vivant en colocation avec deux autres grand-pères, tout n'est pas facile.

Quant à ces équipes de football qui lors d'une rencontre se retrouvent tous à l'hôpital après avoir ingéré un soi-disant dopant..... 

 

Le style de l'auteur

Alors pour moi, j'ai trouvé que ça partait un peu dans tous les sens. Plusieurs affaires en même temps qui avaient un lien mais je n'ai pas trouvé de fil conducteur. Je trouve que l'auteur passe du coq à l'âne sans trop de liaison.

J'ai pensé plusieurs fois à abandonner le livre en cours de lecture.

La plume est néanmoins assez dynamique et les dialogues sont bien tournés.

L'ambiance ressentie est vraiment dans le tond e l'histoire ; à savoir "les caïds de banlieue".

 

Le genre

Un polar.

 

La forme de l histoire

Le récit est divisé en plusieurs chapitres.

Le texte est aéré et l'écriture est assez fluide. Ce qui en fait une lecture très agréable mais je trouve vraiment qu'il n'y a pas vraiment d'histoire principale.

Je me suis perdue dans ce livre.

 

Conclusion :

Désolée mais je n'ai pas du tout accroché à cette histoire.

Publié dans polar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe paternolli 19/07/2019 17:43

le lecteur et l'auteur ne se sont pas rencontrés - ça arrive !
merci malgré tout d'avoir pris la peine de lire et chroniquer
Ph Paternolli

livrement-ka 20/07/2019 10:16

Bonjour et merci pour votre compréhension. j'essaierai néanmoins de le relire à un autre moment car je pense que dans tout livre il y a du bon... Belle journée à vous