JOURNAL DE L. de Christophe TISON

Publié le par livrement_ka

JOURNAL DE L. de Christophe TISON

Titre : JOURNAL DE L. (1947-1952)

Auteur : Christophe TISON

Editions : Goutte d''Or

Genre : roman

Nombre de pages : 280

Date : 2019 (mai)

Prix : 19,50 €

 

Présentation physique du livre :

Un livre de format moyen comprenant près de 300 pages.

La couverture est simple mais magnifique : un extrait du livre est inscrit en relief et le titre  est écrit en orange brillant.

 

4ème de couverture :  

Ce roman est le journal intime d'un personnage de fiction. Plus d'un demi-siècle après la publication des carnets de son ravisseur par Vladimir Nabokov, Lolita se livre enfin. L'adolescente la plus célèbre de la littérature raconte son road trip dans l'Amérique des années 50, ses ruses pour échapper à son beau-père, ses envies de vengeance, ses amours cachées, ses rêves de jeune fille.
 

 

AVIS

 

Un livre qui ressemble à nul autre et qui vous plonge dans les pensées d'une petite fille devenue adolescente.

 

Début du livre

J'ai tellement transpiré que ça me dégouline encore dans le dos, la voiture était brûlante. On a roulé toute la journée vers l'ouest jusqu'à ce que le soleil devienne une grosse boule de feu à l'horizon.

 

Dolores ou Lolita est une petite fille qui vit avec sa mère. A l'occasion d'une colonie de vacances, son beau-père vient la récupérer pour aller, dit-il voir sa mère qui est hospitalisée.

Cette petite fille, à qui la vie ne sourit pas beaucoup part donc avec Humbert, cet homme qu'elle ne connaît pas très bien et pourtant de qui elle va être très intime involontairement.

Cet homme aurait pu être son deuxième papa; mais Lolita n'en demandait pas tant , juste qu'il soit là pour elle et qu'il la protège.

Alors oui, de la vision de cet homme c'est ce qu'il fait, mais vu de l'extérieur il fait un peu voire beaucoup trop.

Alors qu'ils sont en voiture, il va lui apprendre que sa mère est morte. Il va décider de traverser le pays et, de rouler jusqu'à plus soif : pour quelles raisons ? Impossible à deviner . Toujours est-il qu'il va trimbaler cette petite fille avec lui comme on traîne un jouet, une peluche ou un doudou.

Il va l'aimer à sa manière pense t'il, mais cette manière est tout sauf normale; elle est malsaine, elle est vulgaire, elle est condamnable, elle est surtout inimaginable pour la plus grande majorité des personnes...et pourtant.

Lui ne voit que ses désirs et pulsions animales, sans aucun respect pour ce petit être qui ne demande qu'à découvrir la vie et être accompagné comme tout enfant devrait l'être.

Cette dernière décide de quitter cette vie et surtout cet homme mais malheureusement, elle va tomber sur un autre homme peut être pire encore et qui va pousser le vice encore plus loin.

Il va la souiller, la salir pour assouvir ses fantasmes les plus fous.

Cette jeune adolescente n'a encore rien découvert à la vie si ce n'est la débauche.

Elle se perd dans cette vie qui l'entraîne dans des bas-fond (pas sur la forme, car tout se passe sur fond de luxe et d'hommes fortunés) ; ses sentiments vont être totalement faussés .

Elle va perdre son innocence en peu de temps et découvrir le pouvoir de ses charmes.

 

Le style de l'auteur

Il fallait oser, prendre le risque... L'auteur l'a fait avec brio.

Prendre la voix d'une jeune fille quand on est un homme n'est déjà à mon sens pas facile, mais en plus réussir à écrire une histoire qui ressemble à la sienne, sans verser dans le mélodrame, là on est vraiment sur une victoire. 

Le passé de l'auteur lui a permis je pense d'appréhender certaines situations et de s'approprier la vie de Dolores, tout en transposant ses propres souffrances, sa propre douleur de son passé difficile.

Comment passer à côté de ce récit quand on connaît les séquelles et les conséquences des pédophiles sur leurs victimes et surtout quand ces derniers se trouvent dans l'entourage.

On ne peut qu'écouter les peurs qui ressortent de ces phrases de ces mots crus lancés par une petite fille qui a à peine découvert la vie, et qui tient des mots durs avec un langage qui n'a rien à faire dans  la bouche d'un enfant. Une petite fille de 12 ans confrontée à une vie d'adulte et surtout entourée de pervers qui pensent ne lui vouloir que du bien. Puis au final, pensent-ils, ce n'est qu'une enfant, elle va oublier, elle ne s'en souviendra plus : que cette phrase fait mal, elle semble irréelle mais tellement proche de la réalité de leurs pensées.

On a envie de HURLER, de les punir d'une manière qui n'est pas appropriée, de les humilier mais certainement pas de les comprendre ni de leur pardonner.

D'ailleurs tout cela est-il pardonnable ??? Je vous laisse seul juge, ne préférant pas dévoiler ce qui me passe par la tête.

 

La construction du livre : on retrouve des chapitres qui sont consacrés à chacune des rencontres masculines de Lolita. Puis le miracle viendra peut être vers la fin....ou pas....

Malheureusement pour elle, la plupart de ces rencontres si ce n'est toutes, ne vont lui apporter que souffrances. 

Le récit est construit sous la forme d'un journal de bord où cette jeune fille va raconter cinq années de sa vie de 12 à 17 ans à la première personne du singulier.

Alors oui, certains passages sont bruts, mais ils reflètent la pensée de cette enfant. Je ne pense pas qu'une personne écrivant son journal intime prenne de gant quant à la tournure de ses phrases, aux mots employés. Il écrit ce qu'il pense au moment M.

Ce livre va faire écho à la confession de Nabokov. 

On se retrouve d'un côté avec la confession du pédophile et de l'autre avec le ressenti de la victime.

 

La plume est fluide et le texte aéré, ce qui en fait une lecture agréable sur la forme.

L'écriture de Christophe Tison est pleine de sincérité, d'émotion mais également de souffrances.

J'ai vraiment apprécié sa manière de se positionner dans les yeux et la tête de cette petite fille et de poser des mots sur l'indicible, sur l'improbable, sur l'inimaginable vérité des enfants abusés.

Loin du voyeurisme, de la délation on est vraiment dans un récit qui veut donner la parole à une victime, qui n'a pas l'impression d'en être une, et qui cherche à tirer son épingle du jeu du mieux qu'elle peut et avec les moyens mis à sa disposition.

Du début à la fin du livre, on attend une lueur d'espoir, une personne qui aura l'envie de secourir cette jeune fille qui dévale sans s'en rendre compte une pente raide dont l'issue ne pourra être que fatale.

 

Une lecture qui m'a fait du bien et surtout qui m'a ouvert les yeux sur ce drame qu'est la pédophilie et qui est malheureusement devenu un sujet de société très présent dans l'actualité.

Comment ne pas être révoltée par cette situation, par ce fléau qui semble progresser, ou peut être les médias permettent-ils d'en mesurer l'étendue absolument effroyable ?

 

 

 

Sur l'auteur et son univers cf Babélio

Nationalité : France
Né(e) à : Amiens , 1961
Biographie :

Christophe Tison est un écrivain et journaliste français.

Après des études au Lycée Condorcet de Paris, et un DEA de philosophie à La Sorbonne Paris IV, il devient journaliste pour des magazines de presse écrite : Actuel, Globe, Glamour, Lui, Cosmopolitan, ou encore Biba. Il travaille ensuite pour la télévision à France 2, M6, Arte, pour l'agence CAPA, puis pour I-Télé et Canal Plus.

Il est connu pour avoir notamment lancé en tant que rédacteur en chef l'émission musicale et de société Tracks sur Arte en 1997.

Il est ensuite rédacteur en chef à I-Télé et pour le Journal de Canal Plus présenté par Philippe Gildas et Jérôme Bonaldi. Rédacteur en chef, il tient depuis 2008 une rubrique quotidienne dans le JT de Canal Plus, présenté par Florence Dauchez, intitulée Le tour du monde en 80 secondes. Il fait également partie du jury du Prix de Flore.

Après deux livres publiés aux éditions Balland, le récit de son enfance saccagée par un ami de ses parents pédophile, Il m'aimait (éditions Grasset 2004), devient un best-seller. Le succès public et médiatique est tel que l'auteur expliquera plus tard que loin d'être un exorcisme, la médiatisation de ce livre n'a fait qu'aggraver son traumatisme et sa dépendance à l'alcool et aux drogues. Une dépendance qui est le sujet de Résurrection (Grasset 2008), récit d'une cure de désintoxication effectuée en janvier 2005.

Entre temps, il publie Temps de Cerveau Humain Disponible (Grasset, 2005) un récit de ses « expériences absurdes » de journaliste et de rédacteur en chef dans diverses chaînes de télévision.

En 2013 puis 2017, il a publié deux romans dans la collection L'Arpenteur chez Gallimard : “Te rendre heureuse”, puis “Les Amants ne se rencontrent nulle part”.

 

Sur les éditions

 Les Éditions Goutte d’Or sont nées dans un immeuble de la rue de Tombouctou, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

À l’origine du projet : l’envie de publier des livres d’immersion qui emmènent le lecteur pour une virée dans des univers de marge, mal connus et fantasmés. 

 

 

Collection journalistique

dans la lignée de la narrative non fiction anglo-saxonne. Un emprunt des codes de la littérature pour aborder des sujets de société à travers des histoires, des portraits, du vivant et de la chair.  

Collection fiction

dans laquelle, sur la base d’univers existants, le réel explose ; tout y est permis.  

L’auteur(e) connaît en profondeur le monde qu’il raconte pour le faire découvrir de l’intérieur. 

 

 

La distribution et la diffusion de nos ouvrages sont assurés par HARMONIA MUNDI Livres.

 

Les Éditions Goutte d’Or déploieront leur créativité pour porter les livres dans la rue, en ligne et dans la vie publique, à travers des sessions d’affichage sauvage, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et des happenings. 

Publié dans roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article