TOUTE LA VIOLENCE DES HOMMES de Paul COLIZE

Publié le par livrement_ka

TOUTE LA VIOLENCE DES HOMMES de Paul COLIZE

TOUTE LA VIOLENCE DES HOMMES

 

Auteur : Paul COLIZE

Petite histoire sur l'auteur

Paul Colize est un écrivain belge.
Originaire de l’Est et de Belgique, il a fini par se sédentariser près d’espaces boisés nécessaires à son équilibre: à Waterloo dans le Brabant wallon. Il migre parfois pour rencontrer ses congénères, sources d’inspiration. En 1999, il publie son premier roman, "Les sanglots longs".
Auteur de romans noirs, il a écrit plus de quinze livres, dont "Back Up", paru en 2012 (Prix Saint Maur en poche 2013) et "Un long moment de silence" paru en 2013, qui a remporté la même année trois récompenses : Prix Landerneau Polar, Prix Boulevard de l'Imaginaire et Prix Polars Pourpres.
Il entre avec "Concerto pour quatre mains" (2015) pour la première fois au catalogue de Fleuve Éditions. Le roman a obtenu le Prix Plume de Cristal 2016, le Prix Arsène Lupin 2016 et le Prix des lecteurs Sang d'Encre 2016.
Ses romans se caractérisent par une documentation fouillée, une intrigue sophistiquée et un grand sens de l’humour.
En dehors de l'écriture, il exerce également la profession de consultant en management et organisation et consacre son temps libre au piano et au badminton.

 

Editions : Hervé Chopin

Genre : thriller

Date : 5 Mars 2020

 

Pour soutenir le blog merci de passer par le lien ci-dessous pour l'achat

LIEN

 

Quatrième de couverture :    

Une jeune femme est retrouvée dans son appartement bruxellois, tuée de plusieurs coups de couteau. Tout accuse Nikola Stankovic, artiste marginal, dernière personne que la victime a appelée avant sa mort. Il apparaît sur les caméras de surveillance juste après le meurtre, la police retrouve ses vêtements maculés de sang et découvre des croquis de la scène de crime dans son atelier.

Sous ses airs d’enfant perdu, Niko est un graffeur de génie que la presse a surnommé le Funambule après l’apparition d’une série de fresques anonymes ultra-violentes dans les rues de la capitale. Muré dans le silence, sous surveillance psychiatrique, le jeune homme nie tout en bloc. Pour seule ligne de défense, il ne répète qu’une phrase : « c’est pas moi ».


 

AVIS

 

Un roman difficile mais tellement réaliste et même s'il n'est fondé sur aucune histoire, il peut sans aucun doute être le reflet de certaines personnes.

En pleine guerre entre serbes et croates, un enfant de 8 ans est au milieu de tout cela et assiste malheureusement à des horreurs perpétrées par des hommes contre d'autres hommes. Leur seul défaut : ne pas être de la même "race" qu'eux.

Tiens mais ça me rappelle une partie de l'histoire. Sauf que vu du côté d'un enfant, il est des choses qui vont le marquer à vie, et surtout vont le faire grandir avec de nombreuses séquelles.

Et c'est enfant, ce Niko a du mal à se mêler à la vie sociale, et quand ce dernier est trouvé à coté une jeune femme assassinée de plusieurs coups de couteaux, il devient forcément le coupable idéal. Cet homme, graffeur qui ne cesse de reproduire des fresques sur les murs représentant des scènes de sexe, de violence....;Il n'en faut pas plus à la police pour l'arrêter.

 

 

Il va se trouver interné dans un établissement où Pauline Derval la directrice, va essayer de comprendre le pourquoi du comment, et essayer d'apprivoiser ce personnage particulier, qui ne cesse de répondre aux questions par "C'est pas moi".

Une écriture entraînante, addictive et fluide qui fait de ce livre une lecture agréable. De plus les courts chapitres apportent un certain rythme.

Les flash backs donnent une efficacité à l'histoire, et permettent aux lecteurs d'appréhender les attitudes et les réactions de Niko.

Difficile de sortir indemne de cet ouvrage; surtout quand on connaît les épisodes historiques sanglants qui ont marqué ces peuples.

On retrouve dans les style de Paul COLIZE de nombreux faits qui font référence ou qui sont nés de divers événements.

Quant aux personnages ils sont détaillés et travaillés avec soin et surtout la personnalité de chacun est difficilement cernable. J'ai vraiment apprécié la construction de l'histoire et surtout je me suis attachée à Niko et Pauline. De même le personnage de Sébastien apporte aussi un plus à l'ensemble des relations quelques fois difficiles entre tous.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture.

 

**************************

 

Mon ressenti : j'ai tout simplement adoré l'écriture, l'histoire et surtout le petit clin d'oeil aux fresques de Bruxelles

Le petit plus : Les chapitres qui s'entremêlent et nous font passer d'une période à une autre avec une certaine aisance

 

 

Me retrouver sur les réseaux sociaux :

 

INSTAGRAM

 

TWITTER

 

YOUTUBE

 

FACEBOOK

Publié dans thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article