LA COULEUR DU SABLE de Gilles BRANCATI

Publié le par livrement_ka

LA COULEUR DU SABLE de Gilles BRANCATI

LA COULEUR DU SABLE

 

 

Auteur : Gilles BRANCATI

 Interview éclair en fin d'article…….

 

Editions : CHUM

Date : 4 janvier 2019

Genre : roman

Pages : 241

Prix : 19,00 €

 

Achat ------------------->>>>> I C I

 

 

 

Quatrième de couverture 

En France, la fille de Simon, Yona, est liée d'amitié avec Lulu et Samia. Trois cultures, trois religions, trois personnalités. Quel rapport y-a-t-il entre ces trois femmes et Simon Abahel qui, trente ans plus tôt a dû poser son hélicoptère au milieu des sables dans le désert du Sahara occidental ? Solimane découvre à la mort de son père que sa famille a toujours caché que son oncle, Lofti Haddad, a, ce soir-là, accueilli chez lui le pilote et son second. Que s'est-il passé ? Le policier va enquêter.

 

 

 

 

 

 = A V I S = 

 

C'est avec une légère honte, que je réalise cette chronique. Honte car j'ai reçu ce livre il y a plus d'un an mais je n'avais pas réussi à me plonger dedans. Mais je préfère ne pas me forcer sur un livre plutôt que de voir mon objectivité et mon avis biaisé.

L'auteur, dirigeant des éditions CHUM m'avait proposé son livre il y a quelques temps.

Hier, ce roman s'est imposé à moi assez naturellement et je l'ai lu d'une traite.

Alors comme vous le savez je ne lis jamais la quatrième de couverture avant de débuter un livre.

C'est donc totalement neutre et sans aucun préjugé que j'ai lu ce roman.

J'ai apprécié de suivre la vie de trois trentenaires au parcours et à la personnalité totalement différente. Samia, Lulu et Yona vont ensemble vivre de belles aventures dans la banlieue de Lyon.

On passe de manière légère de Samia, enfermée dans sa culture et ne rêvant que d'indépendance et d'autonomie, à Yona en pleine incertitude amoureuse et Lulu se complaisant dans un train-train peu exaltant. 

Quand à Solimane qui vit au Maroc va découvrir suite à la mort de son père un étrange secret.

Le destin de tous ces personnages va suivre un chemin qui va peu à peu se rejoindre dans un dénouement incroyable.

La lecture est rendue agréable grâce à la fluidité des mots, des phrases et surtout à la personnalité de chacun.

L'auteur va vous entraîner dans plusieurs domaines : l'aviation militaire, les coulisses du cinéma, des costumières...

Samia et Yona vont découvrir un passé qu'elles ignoraient et qui va les rapprocher de très belle manière.

Un roman qui ne manquera pas de vous plaire.

 

 

 

Pour aller un peu plus loin 

Interview éclair de l'auteur

 

Comment vous est venue l’idée du livre ?

 J’avais lu des articles sur le front polisario, sur la présence française et trouvé l’anecdote de cet hélicoptère tombé en panne (mais pas à l’endroit que j’indique). Comme j’aime parler des relations familiales et des filliations, j’ai construit cette histoire autour des évènements qui se déroulent en Mauritanie.


Les personnages vous ont-ils été inspirés par des personnes réelles ?

 Je dois répondre non, même s’il y a toujours quelques fils à tirer parmi ceux qui nous entourent. En particulier le personnage de Lulu est très proche d’une amie de ma mère qui était haute en couleur. Et Samia est un patchwork de plusieurs que j’ai connus, déterminés,  armés de courage, volontaires.


Un livre qui vous a marqué ?

 J’en ai tellement lu depuis les quatorze ans. Dans ma jeunesse Les Thibault (Roger Martin du Gard), beaucoup plus récent, En vieillissant les hommes pleurent (Jean-Luc Seigle). Sur des sujets non romanesques La fin de l’homme rouge (Svetlana Aleksievitch). Mais vous vous doutez qu’il y en a beaucoup d’autres et que le choix est difficile. Volontairement je n’ai pas cité des « classiques », qui ne permettront pas une découverte puisque tout le monde les connait. Enfin, pour moi Pierre Loti est un auteur incontournable.


Date et genre du prochain livre ?

 Qui sortira bientôt, je pense dans l’été : « l’hymne du Wandabé ». Un pays imaginaire d’Afrique perd le droit de jouer et faire jouer son hymne national. Un agent est missionné auprès du détenteur des droits pour le convaincre, mais il ne veut pas d’argent. Ce qu’il veut c’est la création d’un parc national au Wandabé à la place du renouvellement des contrats d’exploitation de mines de tantale. Sur fond moderne, c’est un roman d’aventures.


Un souhait ?

 Que l’édition indépendante jouisse d’une meilleure place dans la filière du livre et que ce métier soit un minimum encadré. Qu’on distingue enfin l’éditeur de ceux qui se disent l’être, mais ne publient qu’eux-mêmes.

 

Publié dans roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article