PRISON BANK WATER de G. SARYAN

Publié le

PRISON BANK WATER de G. SARYAN

PRISON BANK WATER

 

 

Auteur : G. Saryan

 Interview éclair en fin d'article…….

 

Editions : Editions du Panthéon

Date : 17 Janvier 2020

Genre : roman

Pages : 552

Prix : 23,90 €

12 € pour la version numérique

 

Achat ------------------->>>>> I C I

 

 

 

Quatrième de couverture 

Une crise mondiale d'envergure a provoqué une vague de violence sans précédent aux États-Unis. La population, récalcitrante à l'idée de voir de nouvelles prisons se construire à proximité des villes, préfère se défendre par ses propres moyens. Un programme d'abord écarté par le Pentagone est remis au goût du jour : transformer une ancienne plateforme pétrolière abandonnée en un pénitencier sous-marin ultra-sécurisé dont nul ne peut s'échapper. Les plus dangereux criminels y sont enfermés, à deux cents mètres de profondeur. Gérée par l'U. S. Army, cette base est, durant trois années, un modèle du genre. Jusqu'au jour où son médecin en chef, le lieutenant Bradley Cayne, y descend pour effectuer sa toute dernière mission. Pour le valeureux soldat, rien ne va se dérouler comme prévu. Dès les premiers jours, d'étranges événements se produisent, dont l'apparition d'un mystérieux virus qui semble sévir chez les détenus de Prison Bank Water. Cayne ne sortira pas indemne de cette ultime plongée dans les fonds marins, jusqu'à envisager l'irréparable ?

 

 

 

 

 = A V I S = 

 

Encore une immense révélation avec ce roman. C'est vrai que les pavés sont pour moi assez rédhibitoire. Donc l'auteur m'ayant relancée, je n'ai pu que me lancer dans son roman qu'il m'avait envoyé gentiment.

Et bien quelle découverte….J'ai parfois honte de mettre du temps à lire les livres, mais j'en ai tellement que je pense passer à côté de petits bijoux. Et celui-là en est un croyez-moi.

Sur fond de criminalité toujours plus grandissante, l'idée ingénieuse de créer une prison à 200 mètres de profondeur en dessous d'une plateforme pétrolière. 

Les prisonniers ne peuvent en aucun cas s'échapper….sauf que…. parce que dans toute idée il y a toujours un ou des problèmes.

Ici le gros problème est que seule une navette permet de faire la liaison entre la surface et la prison. Et cette navette ne peut descendre qu'avec la participation de personnes sur la plateforme et dans la prison.

Je pense que vous commencez à imaginer…..

Bradley Cayne et Gareth Evans travaillent tous les deux dans ce bunker. Quelques 400 prisonniers y demeurent.

Bradley est le médecin. Ses missions sont d'une durée de 6 mois. Il peut à l'issue de cette période bénéficier d'un congé de 6 semaines avec sa famille. Et là, il a appris qu'il s'agissait de sa dernière mission de 6 mois dans PW.

Mais cette mission ne va pas se passer comme il l'avait prévu….. Il semble que certains prisonniers deviennent déments : s'agit-il d'un virus ? Et lorsqu'il apprend que la personne qui l'a remplacé durant ses six semaines de repos est retrouvée morte, son esprit commence à élaborer ce qui pourrait être une machination.

Plongez dans ce roman absolument fantastique, bien écrit et à l'intrigue totalement renversante. La lecture est agréable et on s'attache assez rapidement aux personnages. 

De plus l'auteur réussit parfaitement à mêler la vie dans Prison Bank Water et la vie des épouses et enfants à l'extérieur et tout va finir par s'entremêler pour un final assez déroutant.

Un brin de politique au milieu de tout cela ne sera pas pour vous déplaire.

Le rôle des épouses et enfants est particulièrement bien travaillé et leur rôle bien ancré dans l'histoire.

Lecteurs claustrophobes, ce roman est étouffant, vos nerfs seront mis à rude épreuve et surtout alors que l'idée ne semblait pas spécialement mauvaise au départ, vous allez revoir votre jugement très très rapidement.

J'attends la partie 2 avec une impatience non dissimulée.

Et j'espère sincèrement que le livre sera adapté sur grand écran car j'imagine tout à fait certaines scènes incroyables.....Avis aux réalisateurs une super scénario servi sur un plateau d'argent !!!!

 

 

Pour aller un peu plus loin 

Interview éclair de l'auteur

Comment vous est venue l’idée du livre ?
D'une manière générale, j'ai toujours été fasciné par l'univers carcéral. Mais plus encore, par la sanction qui consiste à confiner un homme ou une femme après un délit. 
Je ne savais pas sous quel angle aborder cette absence de liberté. Je souhaitais un univers angoissant, confiné, qui interpelle le lecteur. Et puis, le déclic m'est venu en quelques minutes, lors de la découverte d'un magazine sur l'apnée.  A partir du moment où un homme peut descendre à -200 mètres de profondeur sans assistance, cela m'a paru être une évidence que je tenais là mon sujet.


Les personnages vous ont-ils été inspirés par des personnes réelles ?
Lors d' un voyage aux USA. Je me suis rendu à New York, sur le lieu de commémoration que l'on appelle communément GROUND ZERO (lié aux attentats du 11 septembre) . Au-delà de l'émotion suscitée par ce drame, et l'envie de se recueillir, j'ai ressenti quelque chose. C'est comme si chacun d'entre eux s'adressaient à moi. Alors je vais vous avouer un secret, tous les noms & les prénoms cités dans le livre PRISON BANK WATER sont issus du mémorial du Word Trade center. J'ai simplement associé et inversé des noms avec des prénoms pour une question d'anonymat. C'était la plus belle des façons de leur rendre hommage.  

Un livre qui vous a marqué ?
Il y en a tellement...
J'ai adoré les Misérables. Je le relis de temps à autres. Mais sans être très original, l'enfant que j'ai été se souvient sans mal des oeuvres de  Jules Verne. Le capitaine Nemo a longtemps été ...mon héros. 


Date et genre du prochain livre ?
J'ai finalisé un Thriller policier que j'espère pouvoir soumettre rapidement au jugement de vos lecteurs . Sans doute pour fin d'année ou début 2021. 

Un souhait ?
Vivre assez longtemps pour écrire toutes les histoires que j'ai aujourd'hui en tête 
Un rêve : PRISON BANK WATER pourrait être un excellent film (ou série)- le voir porté à l'écran serait un aboutissement.

 

Publié dans roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article