LES TROIS SOEURS QUI FAISAIENT DANSER LES EXILES de Aurélia CASSIGNEUL-OJEDA

Publié le

LES TROIS SOEURS QUI FAISAIENT DANSER LES EXILES de Aurélia CASSIGNEUL-OJEDA

 

LES TROIS SOEURS QUI FAISAIENT

DANSER LES EXILES

 

 

 

Auteur : Aurélia CASSIGNEUL-OJEDA

Editions : HD Ateliers

Date : 11 Juin 2020

Genre : roman

Pages : 275

Prix : 19,00 €

 

 

Achat ------------------->>>>> I C I

 

 

 

Quatrième de couverture 

« Elles s'appelaient Flora, Begonia, Rosa. Elles étaient trois, elles étaient soeurs. Elles habitaient cette maison, à Cerbère, cette grande maison qu'aujourd'hui j'habite. Sous leurs fenêtres l'histoire roulait des flots d'hommes et de femmes. Sous leurs fenêtres la mer se balançait. Un jour elles sont parties, ont tout abandonné ».

Seul, blessé, Gabriele s'installe à Cerbère pour commencer une nouvelle vie. Il achète la Maison des fleurs, une grande bâtisse rose qui surplombe le port, abandonnée depuis des années ; il plonge alors dans la vie de trois jeunes femmes, trois soeurs qui l'habitaient, prises à leur insu dans les griffes de l'histoire, de la Retirada espagnole à la résistance française.
À trente années d'écart Gabriele revit leurs peurs, leurs joies, leurs amours et la mémoire de l'exil

 

 

 = A V I S = 

 

Whaou...troisième roman pour cette auteure que je ne connaissais pas.

Un roman qui va tourner autour d'une maison….Et quelle maison !! Un endroit empli de souvenirs du passé, du présent, et avec une âme incroyable.

Heureux est Gabriele, qui va devenir propriétaire de ce bien avant d'en apprendre tous les jours un peu plus sur ses précédentes occupantes. Trois sœurs, qui après la mort de leur mère quittent l'Espagne pour se rendre dans cet endroit que leur père choisit.

Ce dernier va les choyer comme pas possible et leur offrir une vie majestueuse pour compenser la perte de leur mère.

Mais cette maison n'abritera pas que le bonheur, malheureusement. Au hasard des témoignages de voisins, de lecture de carnets oubliés et de tableaux, tapisseries, Gabriele va pouvoir décortiquer le rôle primordial qu'a joué ce lieu dans le conflit espagnol des années 40.

Des petites phrases posées ici et là et composant de tous petits chapitres vont insuffler un rythme très soutenu au roman.

L'écriture est fluide et très agréable, même si au départ, elle peut troubler le lecteur; on se prend facilement au style original de l'auteure et on parcourt aux côtés de Gabriele le passé de ses trois sœurs aux noms floraux.

Quant à la couverture : que dire : superbe, cette carte postale tout droit sortie d'un album photo.

Un roman parsemé de bribes de l'histoire de l'Espagne pendant ces années difficiles, qui seront mises à nu grâce à de nombreux support pour le plus grand plaisir d'un Gabriele, italien d'origine.

Entre France, Italie et l'Espagne, le coeur de Gabriele ne cessera de balancer.

Je vous conseille vivement cette lecture et vous confirme que la fin est incroyable et que jamais je ne pensais que le personnage principal irait jusque là !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article